1. Bien manger pour tous

Manger local et de saison : le locavorisme, décryptage

30 octobre 2019

Manger local et de saison n’est pas seulement tendance, c’est également bon pour votre budget et pour l’environnement. Que diriez-vous de vous tourner vers les producteurs locaux pour remplir vos assiettes ?

1

Connaissez-vous le locavorisme ?

Comme son nom le laisse présager, le locavorisme, c’est privilégier une consommation locale. Les consommateurs locavores préfèrent acheter des aliments produits dans un rayon de 160 kilomètres environ. Viandes, fromages, fruits et légumes, les locavores s’approvisionnent auprès des producteurs de leur région. Une autre façon d’apprendre à manger sain.

 

Une tendance qui se répand

84 % des Français déclarent être intéressés par les produits « made in France » et 70 % par les produits locaux (étude Iligo pour Mondadori).

 

Pourquoi devenir locavore ?

La tendance locavorisme prône plusieurs objectifs au quotidien :

-Consommer des produits sains : les gens souhaitent de plus en plus manger sain, et aussi savoir d’où viennent les aliments qu’ils consomment. Ils désirent bénéficier de plus de transparence pour s’assurer de manger des aliments sains avec une plus grande traçabilité. C’est ce que leur offre le locavorisme. En effet, 68 % des consommateurs font confiance aux agriculteurs pour les informer sur les fruits et légumes qu’ils achètent, bien plus qu’à la grande distribution (30 %) (baromètre de confiance des fruits et légumes frais, BVA 2016).
 
-Favoriser l’économie locale : grâce au locavorisme, on privilégie les producteurs de la région. Les consommateurs sont directement en relation avec les producteurs, on supprime ainsi de nombreux intermédiaires (et leurs commissions). Cela contribue à soutenir les ventes directes des entreprises locales.
 
-Réduire son impact environnemental : en consommant des produits cultivés ou fabriqués à proximité, on limiterait les dépenses énergétiques liées à leur acheminement. Emballages ou encore carburant, le transport des marchandises importées représenterait une énorme source de pollution.
 

Une tendance qui ne cesse de se développer

En 2009, 14 % des Français privilégiaient des achats alimentaires produits à proximité du lieu de vente. En 2015, ce chiffre était passé à 21 %, une nette évolution (CRÉDOC, enquêtes Tendances de Consommation 2015 et 2009) !

2

Être locavore, c’est aussi manger de saison

Le locavorisme implique également de manger des produits de saison. Les aliments issus de l’agriculture sont souvent soumis à une contrainte de saisonnalité (les clémentines en hiver et les fraises au printemps, par exemple). Si cela paraît évident pour des produits comme les fruits et les légumes, il en va de même pour certains fromages. C’est par exemple le cas du fromage de chèvre, qui dépend de la période de lactation des animaux, ou encore de certains fromages constitués de lait de montagne tels que l’Abondance ou le Mont d’Or.

 

Le but du locavorisme est d’éviter d’acheter des produits qui ont parcouru des milliers de kilomètres, car ceux-ci proviennent de pays où les saisons sont inversées. Cela permettrait de limiter la pollution et de consommer des aliments arrivés à maturation naturellement.

 

Le locavorisme et les Français en quelques chiffres

On compte environ 2 000 AMAP en France, regroupant 250 000 adhérents au total. 63 % des Français privilégient régulièrement la consommation de produits locaux (Opinion Way). C’est dans le Sud-Ouest que l’on compte le plus de locavores, avec 71 % des sondés qui déclarent privilégier les produits de cette région (Opinion Way).

3

Le locavorisme : côté fromages

Comme pour les viandes ou les légumes, les producteurs régionaux se spécialisent généralement dans certaines variétés de fromages, en fonction des bêtes laitières qu’ils élèvent. Par exemple, si vous vivez en Franche-Comté, vous pourrez déguster un bon Mont d’Or ou une Cancoillotte savoureuse. Les locavores de la région Midi-Pyrénées, eux, auront le choix, entre autres, entre un Roquefort ou un Rocamadour.

 

Si vous souhaitez d’ores et déjà vous mettre au locavorisme en faisant vos courses en grande surface, sachez que certaines fromageries fabriquent aussi des produits issus de la collecte locale du lait dans un rayon de 50 à 150 kilomètres. C’est le cas notamment des fromages RichesMonts ou Caprice des Dieux.

 

Le locavorisme vous intéresse ? Rapprochez-vous de l’AMAP (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) de votre région. Il s’agit d’un réseau qui met en relation les paysans et les consommateurs pour limiter les intermédiaires.

4

Le locavorisme en trois points-clés

-Le locavorisme, c’est manger local en privilégiant des aliments produits à proximité.
-Le locavorisme, c’est manger de saison. C’est-à-dire tenir compte de la saisonnalité.
-Le locavorisme, c’est apprendre à manger mieux, avec des produits dont on peut connaître plus facilement la provenance.

{{coupon.amount}}

{{coupon.brand}}

{{coupon.libelle}}

{{ coupon.offerCta }}

Bons de réduction, recettes et infos à croquer !

Découvrez nos

cheeseletters,

la crème des promos

et nos infos fromagères

Découvrez nos

cheeseletters,

la crème des promos

et nos infos fromagères

Parlons fromage


Etorki, fier de ses producteurs de lait de brebis
Etorki, fier de ses producteurs de lait de brebis
Etorki, fier de ses producteurs de lait de brebis

02 avril 2020

  1. Du fromage et des hommes
Ils sont passionnés par leur métier et aux petits soins pour leurs animaux. Ces producteurs de lait de brebis font la fierté d'Etorki, qui les accompagne dans leur démarche et leur engagement.
Les astuces déco des meilleurs fromagers
Les astuces déco des meilleurs fromagers
Les astuces déco des meilleurs fromagers

01 avril 2020

  1. Du fromage et des hommes
Découvrez les plus belles présentations de plateaux de fromages des candidats du concours de la Lyre d’Or 2020 et inspirez-vous de leurs bonnes idées pour les reproduire chez vous  !  
Les fromages qui viennent du froid
Les fromages qui viennent du froid
Les fromages qui viennent du froid

07 mars 2020

  1. Au pays des fromages
Quel point commun entre le Mont d’or AOP, le Morbier AOP ou le Roquefort AOP ? C’est en hiver qu’ils fêtent, chaque année, leur anniversaire.

Recettes, bons plans, offres promotionnelles de nos marques partenaires...
Nos cheeseletters, c'est la crème des infos fromagères dans votre boîte mail.

Veuillez cocher la case pour accepter d'être inscrit à la Newsletter

Votre inscription est bien prise en compte

Je m'abonne