1. Au pays des fromages

Le bon goût du maroilles AOP

04 février 2017

Considéré comme un « fromage fort », le maroilles, seul fromage des Hauts-de-France à avoir décroché une Appellation dorigine protégée, doit son tempérament affirmé à une réaction en chaîne complexe, mêlant facteurs géographiques, climatiques et tours de main.

À la découverte de l’alchimie qui permet au maroilles, célèbre fromage AOP du nord de la France, d'afficher un tel tempérament.

1

Les ferments du terroir

Ils sont invisibles à lœil des consommateurs, mais façonnent les arômes et saveurs des produits vivants issus d'un processus de fermentation. Bactéries, levures, moisissures, cette cohorte de micro-organismes est présente naturellement dans lair, dans les pâtures, sur les litières des animaux, le matériel en fromagerie, les claies et planches des caves d'affinage. Ces  cocktails complexes, spécifiques aux terroirs et microterroirs dont ils sont issus, sont de 
puissants facteurs identitaires. Dans la Thiérache, région bocagère dont est originaire le fromage maroilles, les sols marneux et argileux, très humides, ainsi qu'une pluviométrie importante ont encouragé la pratique de lélevage et sélectionné des ferments lactiques particulièrement actifs, issus de la famille dite des « mésophiles ». En se nourrissant des composés nutritifs du lait, ils entraînent des réactions en chaîne qui libèrent les composés aromatiques si particuliers. 
 

2

Le rôle clef de l’affinage


Une fois fabriqué, salé et démoulé, le fromage part en cave daffinage où la main de lhomme va donner un coup daccélérateur au processus de production de composés aromatiques. Historiquement, c'est pour empêcher le développement de moisissures indésirables que les fermiers ont pris lhabitude de laver régulièrement le fromage avec une eau saumurée. Cet usage avait également pour vertu de conserver de lhumidité dans la pâte et de lui donner plus de goût. Lhumidité et le sel encouragent le développement d'une bactérie inoffensive, baptisée de manière imagée « ferment du rouge », Brevis Bacterium Linens, pour le nom scientifique. Ce ferment puissant donne des tons rose-orangés à ocre à la pâte, et contribue à laffinage du fromage. Cette même bactérie est à lœuvre dans les fromages dits « à croûte lavée », tels que le munster, lépoisses ou le livarot.
 

3

Bon à savoir

Sur des fromages où la saveur vient en grande partie de laffinage et de laction du ferment du rouge, le traitement thermique adopté, à savoir lait cru, thermisé ou pasteurisé, a moins deffet sur la sapidité finale du fromage.

{{coupon.amount}}

{{coupon.brand}}

{{coupon.libelle}}

{{ coupon.offerCta }}

Jusqu'à

90

de réduction

par an

Parlons fromage


13 mars 2017

  1. Le fromage autrement
« Je vais plutôt garder une petite place pour le dessert. » Cette réponse, on l’entend chez soi comme au restaurant à l’heure du fromage. Victime du temps qui se contracte, des régimes qui fleurissent et des allergies qui explosent, le plateau de fromages est sur la sellette. Moribond ? Certainement pas !

01 mars 2017

  1. Au pays des fromages
Un fromage rien que pour elle ! Avec le « Cœur de massif », la petite race de vache du massif des Vosges, qui était menacée de disparition, se donne une raison d’être.

28 février 2017

  1. Le fromage autrement
Dans le fromage, rien ne se perd ! Et dans un monde en mutation, la responsabilité sociale et environnementale (RSE) des entreprises est engagée, notamment dans la revalorisation des déchets. Certaines marques, telles Caprice des Dieux, ont élaboré une Charte des Bonnes Pratiques d’Élevage, d’autres se sont lancées dans la production d’électricité.