1. Au pays des fromages

Le bon goût du maroilles AOP

04 février 2017

Considéré comme un « fromage fort », le maroilles, seul fromage des Hauts-de-France à avoir décroché une Appellation dorigine protégée, doit son tempérament affirmé à une réaction en chaîne complexe, mêlant facteurs géographiques, climatiques et tours de main.

À la découverte de lalchimie qui permet au maroilles, célèbre fromage AOP du nord de la France, d'afficher un tel tempérament.

1

Les ferments du terroir

Ils sont invisibles à lœil des consommateurs, mais façonnent les arômes et saveurs des produits vivants issus d'un processus de fermentation. Bactéries, levures, moisissures, cette cohorte de micro-organismes est présente naturellement dans lair, dans les pâtures, sur les litières des animaux, le matériel en fromagerie, les claies et planches des caves d'affinage. Ces  cocktails complexes, spécifiques aux terroirs et microterroirs dont ils sont issus, sont de 
puissants facteurs identitaires. Dans la Thiérache, région bocagère dont est originaire le fromage maroilles, les sols marneux et argileux, très humides, ainsi qu'une pluviométrie importante ont encouragé la pratique de lélevage et sélectionné des ferments lactiques particulièrement actifs, issus de la famille dite des « mésophiles ». En se nourrissant des composés nutritifs du lait, ils entraînent des réactions en chaîne qui libèrent les composés aromatiques si particuliers. 
 

2

Le rôle clef de l’affinage


Une fois fabriqué, salé et démoulé, le fromage part en cave daffinage où la main de lhomme va donner un coup daccélérateur au processus de production de composés aromatiques. Historiquement, c'est pour empêcher le développement de moisissures indésirables que les fermiers ont pris lhabitude de laver régulièrement le fromage avec une eau saumurée. Cet usage avait également pour vertu de conserver de lhumidité dans la pâte et de lui donner plus de goût. Lhumidité et le sel encouragent le développement d'une bactérie inoffensive, baptisée de manière imagée « ferment du rouge », Brevis Bacterium Linens, pour le nom scientifique. Ce ferment puissant donne des tons rose-orangés à ocre à la pâte, et contribue à laffinage du fromage. Cette même bactérie est à lœuvre dans les fromages dits « à croûte lavée », tels que le munster, lépoisses ou le livarot.
 

3

Bon à savoir

Sur des fromages où la saveur vient en grande partie de laffinage et de laction du ferment du rouge, le traitement thermique adopté, à savoir lait cru, thermisé ou pasteurisé, a moins deffet sur la sapidité finale du fromage.

Jusqu'à

90

de réduction

par an

Plus de fromage


  1. Croûte lavée
  2. Le Nord
  3. Au pays des fromages

Parlons fromage


  • 23 février 2017

    1. Au pays des fromages
    Vitrine du patrimoine gastronomique français, le Concours général Agricole, organisé au sein du Salon international de l’Agriculture, fait la part belle aux fromages. Bienvenue dans ses coulisses.
  • 15 février 2017

    1. Le fromage autrement
    « Malheureusement, les plats en sauce sont bannis en apesanteur. Quant au fromage, quand j’en ai parlé à la Nasa, on m’a dit que ce serait compliqué. » Thomas Pesquet a bien essayé, mais il devra donc se passer de fromage pendant six longs mois. Le spationaute français qui affole les réseaux sociaux avec ses sublimes photos en orbite depuis la Station Spatiale Internationale (ISS), a pu embarquer de la langue de bœuf préparée par Alain Ducasse, mais pas de fromage. Il aurait peut-être dû insister...
  • 01 février 2017

    1. Le fromage autrement
    « Les fleurs c’est périssable, les bonbons c’est tellement bon », chantait Jacques Brel. Et le fromage alors ? Oubli impardonnable ! Pour prouver son amour au moins une fois par an, le 14 février, une rose ou du sucre d’orge, c’est le degré zéro de l’imagination. Si l’on veut réveiller le feu d’un ancien volcan (Brel, sors de ces lignes !), mettons l’imagination au pouvoir !